Fotografío lo que camino

Il y a trois ans, un de mes mentors universitaires m’a dit : pour obtenir un Instagram, il vous suffit de vous promener et de décrire ce qui vous intéresse en marchant.

A partir de ce moment, je fais de photo et je raconte ce que je vois en marchant.
Et bien sûr, je publie de l’architecture. C’est ce qui m’intéresse dans la marche.

Je n’ai jamais été intéressé par l’architecture moderne d’un point de vue théorique.
Pas même le courant et les précurseurs du célèbre Le Corbusier au-delà de ce qui est nécessaire.

Mais je suis arrivé à Dakar.
Ancienne colonie française. Capitale mondiale de l’Afrique de l’Ouest.
Port de départ. De personnes et d’argent, de ressources et de recherche.

Je n’aurais jamais imaginé trouver ce genre d’architecture dans une ville africaine.
Je n’avais jamais été dans une colonie française auparavant.
J’ai été choqué. Cela m’a tellement fasciné que je ne sais toujours pas si je l’aime ou non. Cela me perturbe.

Depuis 2018, c’est une autre colonie française que je promène. Dans le même parallèle du globe, on trouve les éléments correspondants d’un courant. L’un est un désert, l’autre une île, mais ils partagent une invasion culturelle.

Il s’agit parfois d’architectures adaptées, réfléchies et bien exécutées.
Tropicale, moderne, en béton, avec des set-backs, des brise-soleils et de la céramique.

Je ne sais pas quelle architecture l’avenir me réserve, mais je vais continuer à marcher.

 

Hace tres años, uno de mis mentores académicos me dijo: para hacerte un Instagram, simplemente camina y retrata lo que te interesa al caminar.

Desde ese momento retrato y cuento lo que veo mientras camino.
Y como no puede ser de otra manera, publico arquitectura. Es lo que me interesa de caminar.

Nunca me había interesado la arquitectura moderna desde el punto de vista teórico.
Ni mucho menos la corriente y precursores del aclamado Le Corbusier más allá de lo necesario.

Pero llegué a Dakar.
Antigua colonia francesa. Capital global del África del Oeste.
Puerto de salida. De personas y de dinero, de recursos y de búsqueda.

Nunca hubiera imaginado encontrarme ese tipo de arquitectura en una ciudad africana.
Nunca había estado antes en una colonia francesa.
Me impactó. Me fascinó tanto que todavía no sé si me gusta o me disgusta. Me inquieta.

Desde 2018 es otra colonia francesa la que camino. En el mismo paralelo del globo terraqueo se encuentran elementos coincidentes de una corriente. Uno es desierto, otra es isla, pero comparten invasión cultural.

En ciertas ocasiones son arquitecturas adaptadas, pensadas y bien ejecutadas.
Tropicales, modernas, en hormigón, con retranqueos, celosías y cerámica.

No sé qué arquitecturas me depara el futuro, pero seguiré caminando.

Recent Comments

Aucun commentaire à afficher.
Commentaires récents
    contact
    No Comments
    Leave a Reply